Les objets connectés auront bientôt leurs propres réseaux sociaux

I am a social object

Au milieu de vos conversations personnelles et professionnelles, ce seront bientôt vos équipements électriques qui s’exprimeront sur votre mur Facebook ou votre timeline Twitter pour vous informer ou vous alerter. Découvrez pourquoi !

Les réseaux sociaux occupent une part prépondérante de notre vie numérique : 55% de la population française est présente sur Facebook ! On en profite pour échanger avec ses amis, sa famille ou même des gens que l’on ne connaît pas. A côté des profils de personnes réelles, les profils d’objets connectés se multiplient. Certains connectent même toute leur maison.

Pour ceux qui veulent s’y essayer, on peut déjà toucher le concept du doigt grâce à des services comme IFTTT ou Zapier. Ceux-ci permettent de connecter des objets intelligents à des services web, dont les réseaux sociaux. De nombreux équipements sont capables d’envoyer un eMail d’alerte : grâce à IFTTT, vous pouvez par exemple transformer la reconnaissance et l’automatisation de cet eMail en un Tweet ou un nouveau statut Facebook. Vous êtes alors instantanément au courant de ce qu’il se passe chez vous, dans le même espace que vos interactions sociales.

ifttt

Vous avez ci-dessus un exemple de connexion entre un bracelet Jawbone UP et une prise commandée Belkin WeMo sur la plateforme IFTTT. Le bracelet Jawbone UP envoi les données récoltées sur les serveurs Jawbone. IFTTT va interroger régulièrement les serveurs Jawbone vous concernant. Dès que la condition est atteinte (>10.000 pas dans la journée), alors l’ordre est envoyée à la prise communicante Belkin WeMo, sur laquelle on a relié une lampe verte par exemple, de s’allumer pour fêter cet objectif atteint !

Les réseaux sociaux pour les objets

D’autres acteurs du monde de l’Internet des Objets ont pris le parti de créer de nouvelles plateformes pour permettre aux équipements de communiquer entre eux, en dehors des plateformes réservées aux humains et aux interactions sociales. Des connexions entre les deux sont toujours prévues. Il y a deux idées générales derrière ces plateformes : l’interopérabilité et la manipulation des données. La plupart des équipements communicants et des objets connectés sont incompatibles. Ils opèrent dans des bandes de fréquences différentes lorsqu’ils sont sans fil, ou ils parlent un langage différent lorsqu’ils partagent le même fil.

De telles plateformes permettent alors de créer une sorte de connexion universelle. C’est ce que les fabricants se gardent bien de mettre en œuvre afin de nous obliger à acheter tous nos produits chez l’un d’entre eux uniquement. Les plateformes offrent par la même occasion à de petits produits des capacités qui dépassent au final leurs propres créateurs. Elles rendent aussi des produits autrefois puissants et hors de prix tout à coup dépassés : l’association de quelques autres à faible coût et leurs interconnexions donnent un résultat identique, voire supérieur.

Cosm devient Xively

Les plateformes sont de plus en plus nombreuses, avec des services plus ou moins semblables. Xively est l’un des nouveaux entrants. Le nom vous est peut-être étranger, mais pas si je vous dis Cosm. Je vous en parlais dans mon dernier billet justement. Cosm était un service gratuit de collecte des données de vos objets connectés, ou de n’importe quoi si vous saviez programmer, destiné à stocker et à afficher ces données sous forme de graphiques. Ces graphiques pouvaient être utilisés ensuite dans n’importe quelle site Internet, sur une interface domotique, etc.

xively

Cosm a été racheté il y a environ deux ans par LogMeIn, un service de prise en main d’ordinateurs à distance. Après avoir étudié son achat, LogMeIn a décidé de donner une toute autre orientation à Cosm en le remplaçant par Xively. Cette plateforme de communication et d’interaction pour les objets connectés offre la possibilité pour les créateurs d’équipements de s’appuyer sur elle pour leurs développements. Le service simple et gratuit pour tous de création de graphiques à partir de ses données a tout simplement disparu…

Petit tour des plateformes existantes

Xively se retrouve face à d’autres plateformes. Certaines sont identiques, d’autres dévient un peu vers le concept de système d’exploitation pour les objets. Dans tous les cas, l’objectif est bien de faire parler les équipements et les objets connectés entre eux grâce au web. En voici une liste non exhaustive :

twingz

Twingz : rendez les objets intelligents, rendez les objets autonomes

thingspeak

ThingSpeak : créez les connexions entre les objets et les personnes

thethings.io

theThings.io : le réseau social de vos objets connectés à Internet

sen.se

Sen.se : laissez les humains, les objets et les applications poster sur Sen.se ce qui leur arrive

lhings

Lhings : le réseau social dans le cloud pour vos objets

iotos

iOTOS : connectez tout

evrythng

Evrythng : nous rendons les objets intelligents, simples et sociaux en les connectant au web

La guerre des plateformes

Le développement à grande échelle des objets de tous les jours connectés entre eux, et pour tous, n’est encore qu’un doux rêve. Chacune de ces plateformes a le temps de se faire sa place. Néanmoins, même si Xively est le dernier arrivé, avec la puissance de LogMeIn et l’expérience de Cosm derrière, son retard est déjà rattrapé. Pour l’instant, ces plateformes s’adressent avant tout à des développeurs ou à des passionnés. En attendant, vous comme moi avons déjà de quoi essayer de faire de jolies choses avec IFTTT en contrôlant encore pas à pas ce que nous laissons faire et ce que nous demandons aux objets, en attendant l’étape suivante.

Les objets vont-ils devenir autonomes ?

Va-t-on assister au milieu de notre timeline Twitter a des conversations entre nos objets ? S’ils deviennent de plus en plus intelligents et connectés, capable de communiquer les uns avec les autres, et qu’en plus on leur met à disposition des réseaux sociaux, qu’est-ce qui pourrait les empêcher de tenir des conversations que nous leur aurions pré-écrites (ou pas) en fonction des situations :

Le capteur de température : – Il fait 24° dans le salon.

Le store motorisé : – Ok capteur, je ferme les stores de la façade sud.

Le capteur de température : – Merci !

Le store motorisé : – You’re welcome.

Imaginez lire ce genre de conversation, aujourd’hui complètement surréalistes, sur votre mur Facebook. Nous n’en sommes pas encore là, l’intérêt est plus que limité. Pourtant, en gardant le contrôle,  nous pourrions mettre en place cette personnification des objets pour le côté ludique et améliorer ainsi, grâce à leur prise de parole, l’acceptabilité des objets connectés dans notre quotidien !

Illustration de l’article : cyberfootprint.eu

3 thoughts on “Les objets connectés auront bientôt leurs propres réseaux sociaux

  1. Les objets connectés auront bientô...

  2. Les objets connectés auront bientô...

  3. Les objets connectés auront bientô...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>