Apple et Google s’intéressent-ils vraiment à la domotique ?

apple domotique

La domotique va-t-elle échapper aux rouleaux compresseurs de l’électronique grand public que sont Apple et Google ? C’est l’un des rares sujets sous les projecteurs de l’actualité que ces deux sociétés n’ont pas encore conquis. En ont-elles vraiment envie pour l’instant ?

Apple comme Google ont su complètement remodeler le paysage des appareils électroniques du quotidien. Android d’un côté, iOS de l’autre : ce sont les systèmes d’exploitation des centaines de millions de smartphone et de tablettes en circulation. On les retrouve également dans les ordinateurs et certains appareils liés au multimédia comme GoogleTV et le petit boîtier Apple TV.

Il y a une dizaine d’années, on aurait plutôt parié sur des sociétés comme Nokia, Sony, Toshiba ou Pioneer pour truster ces marchés de l’électronique grand public. Perdu !

Une présence inexistante (ou presque)

Ce domaine en pleine explosion qu’est la domotique n’a pourtant pas réellement été approché par les deux géants. Pourtant, ils possèdent toutes les cartes en main pour s’imposer rapidement : les interfaces, les technologies, le savoir-faire en terme de design et de marketing, la pénétration du marché.

Alors, que leur manque-t-il pour imposer la domotique dans nos maisons comme ils ont su le faire pour la téléphonie, la musique, les ordinateurs ou le multimédia ?

apple ios7 ibeacon

1. Un marché en plein structuration

La domotique, et la maison intelligente en générale, est couverte aujourd’hui par des dizaines de « petites » sociétés. Les offres et les services proposés sont très diversifiés. Et c’est sans compter sur les multiples protocoles de communication que chacun essaye de pousser de son côté.

La situation actuelle n’est pas encore assez stabilisée pour qu’Apple ou Google puissent proposer des produits « concurrents » à ce qui existe déjà et s’imposer. Lorsqu’ils arriveront, ce sera pour innover, peut-être à travers le rachat de sociétés ayant déjà réussi.

2. Des usages universels à identifier

Les usages liés à la domotique sont nombreux : multimédia, confort, sécurité, énergie. L’offre est large. On peut aussi bien répondre de façon complètement personnalisée et non reproductible, que proposer des produits de grande distribution satisfaisant le public le plus large. C’est ce dernier cas qui va intéresser avant tout Apple et Google.

De nouveaux objets connectés sortent toutes les semaines, dans tous les domaines. Rares sont ceux qui ont réussi à s’imposer et à se vendre par dizaines de milliers, à l’exception de très rares exemples, comme le thermostat Nest. Apple et Google auraient pu inventer le Nest.

3. Un support utilisateurs complexe

Un smartphone, une Apple TV, un ordinateur portable, on le branche, on l’allume, on suit les indications et quelques minutes plus tard on peut pleinement les utiliser. Malgré toute la bonne volonté des acteurs de la domotique, on est rarement dans le plug&play complet. Il y a souvent une configuration complexe ou des raccordements électriques qui peuvent rebuter.

Dans la maison intelligente, on souhaite souvent faire communiquer ensemble différents équipements, et c’est là que la complexité pointe son nez. Pour toucher un maximum de clients, il faut savoir répondre à toutes les configurations possibles, soit de façon passive avec une base de connaissance énorme, soit de façon active avec un support utilisateurs à l’écoute.

android@home

De nombreux essais, pour explorer le terrain

A travers des prototypes et des brevets, Apple comme Google montrent clairement qu’ils travaillent sur le sujet. Voici quelques exemples :

  • Google avec Android@Home avait présenté il y a déjà 2 ans une solution de pilotage de la lumière sans fil
  • Les lunettes connectées Google Glass pourraient servir à communiquer avec sa maison intelligente, mais rien n’a été officiellement présenté en ce sens
  • Avec les iBeacon, Apple peut faire de la géolocalisation en intérieur, dans une maison par exemple, pour adapter le chauffage ou l’éclairage automatiquement, un brevet a été déposé
  • La rumeur selon laquelle Apple prépare une montre connectée iWatch perdure depuis de nombreux mois
  • Siri pourrait être un allié intéressant, une sorte d’intelligence déportée de sa maison, un brevet existe chez Apple

Plein de choses excitantes de la part de ces deux entreprises vont dans le sens d’une maison toujours plus connectée, mais tout reste encore à faire.

Apple et Google, bientôt leaders de la maison connectée ?

Le marché actuel de la maison connectée me semble être hermétique à de très grandes entreprises comme Apple et Google. Les barrières à l’entrée, et l’adaptation à ses spécificités bouleverseraient de façon trop importante le modèle économique de ces géants. En attendant, ils explorent les pistes grâce à une recherche intensive validée par des brevets.

Et pourtant, si l’on prend un peu de recul, on s’aperçoit finalement qu’ils sont déjà largement présents à travers les smartphones et les tablettes qui sont devenus les télécommandes incontournables de tout système domotique et de tout objet connecté ! Insidieusement, ils occupent déjà le terrain.

Apple et Google proposeront leur propre vision de la maison connectée lorsqu’ils auront identifié des usages génériques, voire universels, auxquels ils pourront répondre de façon simple et accessible à tous. Ce jour-là, il y a toutes les chances qu’ils raflent la mise !

myfox

Pour aller plus loin :

9 thoughts on “Apple et Google s’intéressent-ils vraiment à la domotique ?

  1. Point de vue (partiellement) partagé ; je pense que c’est par l’énergie que les deux géants entreront sur le marché de la domotique ; à l’instar de Nest, l’efficacité énergétique active est simple, peut être plug & play (cf netatmo) et représente un potentiel d’économie énorme dans tous les pays occidentaux ; à titre d’exemple selon une étude Gimelec, c’est 17 Milliards par en en France. Un beau terreau pour faire du grand public… Et de ce point de vue il est fort à parier que Google et Apple ne laisseront pas passer la vague.

    • C’est effectivement l’un des domaines phares par lequel ces géants, ou d’autres, peuvent arriver ! Avec des usages aussi fun que Nest : l’affichage de la feuille verte !

  2. Je pense qu’il faut arrêter de tout segmenter. La domotique n’est pas un univers à part du reste. Cela touche le quantified self, les objets connectés, les smart cities,…

    La segmentation est justement LE problème de tous ces concepts qui sont au final qu’un seul et unique concept : mesurer – enregistrer/stocker – quantifier et qualifier – réattribuer/réutiliser.

    En domotique, comme en objet connecté, l’objectif n’est pas uniquement le contrôle direct (j’éteins à distance ma lampe) mais cultiver les données (j’enregistre les moments où j’ai besoin d’éclairer ma lampe) pour anticiper et automatiser.

    L’objectif est de contrôler et améliorer soi-même mais aussi son environnement. Car nous dépendons notre environnement. Et l’objectif de la technologie c’est de faire qu’un avec son environnement (artificiel avec les objets par exemple ou naturel).

    Votre maison n’est pas indépendante. Elle est dépendante de votre activité, mais aussi des activités de votre ville ou de l’environnement.

    L’objet et les données… Voici le plus important.
    Les données faut les numériser. Et il faut avoir les capteurs.
    Quelle société a le plus d’expérience dans les données ? Google ! Qui tente de tout numériser ? Google ! Qui travaille sur l’Intelligence Artificielle, élément primordial dans les objets connectés, la domotique, la robotique et le quantified self ? Google ! (pour mémoire ils viennent d’engager ray kurzweil. LE spécialiste de l’intelligence artificielle).

    Au final, je pense qu’ils sont très très bien placés pour aller dans la domotique.
    Car ils ont une vision plus large et plus globale du concept. Bien sur, la qualité des sociétés spécialistes c’est leur expertise dans le sujet. Google le sait. C’est pour cette raison qu’ils les rachètent ou crée des partenariats.

    Enfin, depuis combien de temps la domotique existe ? Depuis longtemps ! Est-elle vraiment démocratisée ? Non! Malheureusement ou heureusement, soyons objectifs et pragmatiques, ce sont les grosses sociétés qui amènent un concept ou une techno au grand public.
    Ce ne sont pas forcement eux qui la crée. Mais ce sont eux qui la démocratise. Car ils savent « parler plus fort » et ont toujours cette vision « globale ». La spécialisation, la différenciation par la la spécialisation est LE problème de tout ça.

    • Mon but n’est pas de segmenter mais d’interpeler sur un sujet qui repose sur un terme aujourd’hui dépassé, la « domotique ». Mais c’est encore celui que l’on utilise !

      Je suis tout à fait d’accord avec votre vision, c’est d’ailleurs la conclusion de ma présentation que vous avez peut-être vue ici (http://fr.slideshare.net/Multiroom/maison-connectee-internet-des-objets-tendances-2014) et qui va bien plus loin que ce billet centré sur Apple et Google.

      L’intelligence artificielle de la maison, comme celle des voitures dans les 5 à 10 ans à venir, est à mon avis un axe extrêmement fort.

      La domotique n’a pas décollée en tant que telle, elle pivote pour devenir autre chose, et c’est là que les géants s’intéresseront à elle.

  3. Quand je parlais que « NOUS segmentions », je parlais de tout le monde ;-)
    Oui elle change et heureusement car elle s’intègre à d’autres concepts tout en gardant une « personnalité » forte

    • Merci Pierre pour ces liens :)
      Malheureusement, ces produits ne sont pas encore accessibles au plus grand nombre, ce serait pourtant génial !

  4. Google rachète Nest, et après ? – Myfox Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>